démissionner de son travail

10 mauvaises excuses qui vous empêchent de démissionner

Si vous n’êtes pas heureux au travail, je suis sûr que vous vous dites régulièrement que vous en avez marre, que cette fois c’est la bonne, et que vous allez démissionner.

Que ce soit un responsable qui se prend pour un tyran, une ambiance de travail morose au possible, un travail totalement dénué de sens ou d’intérêt, une envie de faire quelque chose d’autre de votre vie, etc, vous avez sûrement une bonne raison d’en avoir marre.

Mais alors dans ce cas, pourquoi le dites-vous encore et encore ?

Pourquoi n’agissez-vous pas ?

Pourquoi ne démissionnez-vous pas ?

Un blocage pour démissionner de son travail ?

Vous hésitez à faire le premier pas, parce qu’une fois celui-ci fait, il n’y a pas de retour en arrière possible : vous démissionnez, sans avoir de travail derrière, et un océan de possibles et d’inconnues se présente devant vous.

Pas très rassurant, n’est-ce pas ?

Nous aimons notre confort, nous sommes des êtres d’habitudes : Ne pas être certain de ce que l’avenir sera fait pose problème à beaucoup d’entre nous. Et comme notre cerveau est bien fait, nous nous fabriquons des excuses, nous cherchons de bonnes raisons qui justifieront le fait de continuer ce mauvais job un peu plus longtemps.

Nous fabriquons des excuses, nous nous créons des blocages qui nous empêchent de démissionner d’un travail.

Regardons les 10 excuses les plus courantes d’un peu plus près, et voyons ensemble pourquoi il s’agit de mauvaises excuses, et comment ces excuses vous empêchent de passer à l’action.

 

10 mauvaises excuses qui empêche de démissionner d’un travail

1 – Les choses vont s’améliorer
2 – Mon chef est un tyran mais si je pars maintenant, il gagne
3 – Je ne fais pas partie de ceux qui abandonnent
4 – Je ne retrouverai jamais un autre travail
5 – Si je pars, je vais perdre mon salaire, mon statut, mes avantages, ma voiture de fonction, etc…
6 – Ce n’est pas mieux ailleurs
7 – J’ai trop investi dans ce travail pour partir
8 – Je vais perdre mes remboursements de soins
9 – Je suis mieux payé que le marché
10 – Démissionner ça ne fera pas bien sur mon CV

1 –  Les choses vont s’améliorer

Ce manager qui vous mène une vie d’enfer finira par être promu dans un autre service, ou encore mieux finira par aller chez une société concurrente.

Ce collègue qui vous tape sur le système et que vous ne pouvez plus supporter finira par partir.

Cette surcharge de travail que vous subissez depuis de trop nombreux mois finira par disparaître, et les choses reprendront leur cours normal.

Effectivement, cela peut arriver.

Mais les choses peuvent aussi empirer, ou ne pas changer du tout.

Alors quoi ? Vous allez sacrifier quelques mois ou années de votre vie pour un hypothétique retournement de situation en votre faveur ? Et pendant ce temps, vous ferez un travail qui ne vous plaît pas ou plus, vous supporterez tant bien que mal ce manager ou ce collègue… ça va puiser votre énergie, ça va vous stresser, vous énerver

Est-ce que le jeu en vaut la chandelle ? Clairement non!

2 – Mon chef est un tyran mais si je pars maintenant, il gagne

Et alors ? Vous partez, vous vous trouvez un job qui vous rendra plus heureux, peut-être qu’il aura le sentiment d’avoir gagné, mais entre nous, avec ce nouveau travail, vous y gagnez aussi! 😉

Si vous restez “pour ne pas le laisser gagner” ou “ne pas lui laisser cette satisfaction”, vous allez y laisser votre énergie et votre santé. Ça en vaut vraiment le coup ?

Je ne le dirai jamais assez : ce type de personnes ne valent pas le coup qu’on leur consacre de l’énergie.

3 – Je ne fais pas partie de ceux qui abandonnent

Donc plutôt que “d’abandonner” ce travail que vous détestez et de vous en trouver un qui pourrait vous rendre heureux, vous préférez subir les foudres de ce petit chef qui vous irrite, ou de devoir supporter ce collègue qui vous irrite les poils ?

Ok, on s’est compris 🙂

L’adage “les gagnants n’abandonnent jamais, et ceux qui abandonnent ne gagnent jamais” est totalement faux : Quitter un travail déplaisant, c’est juste du sens commun.

Alors pourquoi n’avez-vous pas encore posé votre démission ?

4 – Je ne retrouverai jamais un autre travail

C’est sûr que si vous restez derrière votre bureau à marmonner, à grincer des dents, à vous agacer mais à ne rien faire pour changer cette situation, vous ne trouverez pas d’autre travail : c’est une question d’état d’esprit.

Là, il y a 2 écoles :

  • Ceux qui préfèrent chercher un travail AVANT de démissionner. C’est rassurant, je le conçois, mais il faut prendre en compte le préavis pour quitter votre travail actuel, et ça, ça peut vous coûter quelques opportunités. Et pendant que vous cherchez LA perle rare, vous devez continuer à prendre sur vous et à supporter tout ce que vous ne pouvez justement plus supporter. C’est plutôt paradoxal, n’est-ce pas ?
  • De l’autre côté, il y a ceux qui préfèrent démissionner AVANT de trouver un travail. Ils trouvent cela stimulant de ne pas avoir cette ceinture de sécurité et d’avoir un ultimatum pour trouver un nouveau poste. Je peux vous assurer qu’en étant dans cette situation, on fait appel à des ressources insoupçonnées pour trouver un nouveau job. Et ça marche! L’avantage ? Votre préavis est déjà en cours, vous pourriez donc être disponible sous quelques semaines, voir quelques jours pour commencer ce nouveau travail, et vous aurez donc plus d’opportunités. En plus, vous supporterez moins longtemps ce qui vous irrite.

Alors ayez confiance en vous et en vos capacités, et mettez toute votre énergie dans la recherche de ce job qui vous rendra heureux.

Si les autres peuvent le faire, démissionnent sans avoir de job derrière, et retrouve un travail en quelques semaines dans lequel ils s’épanouissent, alors VOUS aussi vous pouvez le faire !

5 – Si je pars, je vais perdre mon salaire, mon statut, mes avantages, ma voiture de fonction, etc…

Et oui, quitter un travail, ça a un prix et il faudra faire une croix sur certains avantages. Vous faites face à une incertitude : vais-je trouver un nouveau job avec un salaire équivalent ou supérieur ? Que vont dire mes proches ? Aurais-je les mêmes avantages ?

Je vous pose la question : Quel est le prix pour rester dans un travail que vous détestez, qui ne vous rend pas heureux ?

Je pense que ce prix est assez élevé : ça peut ruiner votre équilibre vie personnelle / vie professionnelle, votre vie de famille, votre santé, votre confiance en vous, etc…

L’argent ou les avantages, quels qu’ils soient, ne vous rendront pas plus heureux. Si vous ne supportez plus votre travail, ,ne restez pas pour les avantages, vous y laisserez votre santé. Préférez trouver un job qui a peut-être un peu moins d’avantages, mais dans lequel vous vous épanouirez et dans lequel vous vous sentirez bien, heureux.

6 – Ce n’est pas mieux ailleurs

C’est la négativité puissance 10 qui parle là : une personne blasée et résignée de la vie ne dirait pas mieux.

Alors certes, il y a toujours pire situation que celle dans laquelle vous vous trouvez en ce moment. Mais il y a aussi des sociétés dans lesquelles il fait bon travailler, dans lesquelles vous vous épanouirez, et ce dans tous les secteurs.

Alors on prend cette négativité, et on l’enterre bien bien profondément ! Et on fonce !

7 – J’ai trop investi dans ce travail pour partir

Vous avez peut-être sacrifié de votre temps, de votre énergie, voire de votre dignité pour essayer d’arranger les choses dans votre travail actuel.

Mais soyez réalistes : Le navire est en train de couler, et vous avez beau vous évertuer à enlever l’eau avec des seaux, s’il y a une brèche dans la coque, c’est peine perdue.

Ce navire, c’est votre situation actuelle dans votre travail.

Alors que préférez-vous ?

Couler avec le navire actuel ?

Ou monter sur un nouveau, flambant neuf ?

8 – Je vais perdre mes remboursements de soins

Cette excuse me fait toujours rigoler…

En clair : Vous préférez rester à un travail qui vous rend malade, pour profiter de meilleurs remboursements de soins ? Avouez que c’est ironique !

S’il s’agit vraiment d’un critère primordial pour vous, alors dans ce cas cherchez un nouveau job qui propose des garanties de remboursements de frais de santé similaires à celle de votre société actuelle.

Problem solved 😉

9 – Je suis mieux payé que le marché

Ok, je comprends que vous ayez votre petit confort, un certain niveau de vie qui suit votre salaire, etc. Mais soyons honnêtes : Est-ce que cela vaut le sacrifice quotidien qu’exige ce travail que vous détestez ?

Préférez-vous gagner plus mais être tendu, stressé, malheureux, voire malade ? Ou gagner un peu moins mais être véritablement zen et heureux ?

Pour moi, le choix est fait 🙂

10 – Démissionner ça ne fera pas bien sur mon CV

Parce que rester dans un travail que vous ne supportez plus, et qui va vous rendre aigri et moins performant, ça fera bien sur votre CV ?

Détrompez-vous!

Les recruteurs apprécieront de voir que vous avez sauté le pas, que vous avez de l’audace. N’oubliez pas que les recrutements se font de plus en plus non pas en fonction des diplômes ou des expériences passées, mais de vos compétences et de votre personnalité.

Allez-y, montrez-leur qui vous êtes !

Conclusion

Arrêtez de vous donner de fausses excuses qui vous empêche de démissionner de votre travail.

Si vous ne pouvez plus supporter votre travail, si vous aspirez à faire autre chose de votre vie :

O-S-E-Z!

Osez démissionner ! Sortez de votre zone de confort, et donnez-vous les moyens de trouver un travail qui permettra de vous épanouir, qui vous correspondra, et qui vous rendra véritablement heureux.

Ayez confiance en vous ! Ne vous sous-estimez pas. Vous avez des ressources insoupçonnées sous le capot, apprenez à les utiliser!

 

Racontez-nous dans les commentaires vos expériences : Comment avez-vous présenté votre démission à votre patron ? Comment l’a t-il pris ? Qu’est-ce qui vous empêche de le faire ?

Pour aller + loin :

 

 

7 Réponses

  1. Mélodie D dit :

    Tout à fait vrai.
    Mais faut quand même calculer son coup avant de partir. Avoir un objectif.
    Ton article fait relativiser.
    Très agréable à lire.

    • Thibault dit :

      Effectivement, il faut avoir un objectif : cela peut être de trouver un travail qui permettra de s’épanouir, d’avoir un meilleur équilibre vie perso / vie professionnelle, etc.
      Mais même si il faut calculer son coup (j’entends par là avoir le nécessaire pour vivre pendant quelques semaines ou quelques mois), on n’est pas obligé de trouver absolument un autre job avant de partir.
      Merci pour le commentaire Mélodie 🙂

  2. Lucette Smits dit :

    J’ai été dans ce cas de figure il y a quelques décennies. Pendant des années j’ai exécuté un travail « alimentaire » sans aucun avenir, avec 2 enfants en bas-âges. Puis, allant au travail en reculant, j’ai pris la décision de faire des cours du soir de dactylo, malgré mon travail en équipe du soir ou du matin. J’ai réussi à avoir un travail de bureau, où je me suis épanouie, où j’ai beaucoup appris, que j’ai adoré. Je gagnais beaucoup moins ( pas de primes), mais j’ai gagné en épanouissement et en sérénité. Grâce à mon choix, j’ai réinventé ma vie avec moins de moyens, et j’ai changé complètement ma façon de penser, et d’agir, et pour finir, du coup j’ai aussi changé de région. Grand bien me fasse, et surtout aucun regret, car j’ aurai dû le faire plus tôt…Lucette

    • Thibault dit :

      Comme quoi, quoi qu’on en dise, vouloir être épanoui et heureux au travail n’est pas une simple mode dans l’air du temps. On commençait déjà à y réfléchir il y a quelques décennies, même si cela était plus marginal qu’ajourd’hui.

      Merci d’avoir partagé ton expérience!
      A bientôt

  3. nathalie dit :

    Bonsoir, je suis exactement dans ce cas!!!je n’en peux plus,moi qui ne m’arrête jamais et bien là je suis en arrêt !mes patrons ont oubliés le sens des mots:humanité,compassion,communication joie…eux c’est :rendement,culpabilisation des salariés,non respect des amplitudes de travail,salaire payé en 2 fois ,appels téléphonique le we et pendant les congés…j’arrête ,la liste serait longue!donc je veux démissionner il le faut !question de survie!je veux retrouver ma joie de vivre!et moi je préfère démissionner et chercher un autre travail après!!je peux plus les voir!merci pour votre article!super enrichisssant et motivant!

    • Thibault dit :

      Bonjour Nathalie,

      Je comprends la frustration que tu as par rapport à ton travail et cette nécessité de partir, j’ai vécu une situation professionnelle similaire en 2015.
      La flexibilité du travail oui, mais toujours à sens unique : toujours à l’avantage de l’employeur.
      Alors j’ai dit stop, j’ai négocié une rupture conventionnelle, et j’ai tout quitté, sans rien avoir derrière.

      C’était le meilleur choix que j’ai pu faire de toute ma carrière.

      La vie est trop courte pour perdre son temps et son énergie dans un travail qui ne nous passionne pas, ne nous plaît pas, ne nous épanouit pas…
      Je t’encourage vivement à quitter ce travail qui est devenu un enfer, une prison, et à en chercher un qui te plaira vraiment, dans lequel tu t’épanouiras.
      N’hésites pas à être exigeante et sélective, c’est important de travailler dans une entreprise qui partage les mêmes valeurs que les nôtres.

  1. 18 janvier 2017

    […] Je ne vous dis pas de foncer tête baissée sans vous retourner (quoi que ça marche pour certaines personnes), mais soyez attentifs aux signaux qui montrent que vous n’êtes pas heureux dans votre travail actuel. Et mettez en marche votre plan d’action pour quitter ce travail qui ne vous apporte plus rien et pour… […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *