Comment mieux communiquer en équipe

Comment mieux communiquer en équipe sans que ça prenne 2 heures par jour ?

La communication c’est primordial ! C’est ce qui définit nos échanges humains, au niveau personnel comme professionnel. La communication, c’est la base du vivre ensemble, du travailler ensemble. Alors pourquoi diable est-ce qu’on a autant de mal à communiquer les uns avec les autres ?

Souvent au bureau, j’active mon radar secret, et j’écoute : j’observe les gens et leur manière de communiquer avec leur environnement, et je tombe régulièrement sur des phrases sidérantes, ou des manières de faire qui me dépassent totalement !

As-tu déjà vécu ce type de situations ? Je suis prêt à parier que ça va te raviver des souvenirs :

  • « Je n’ai pas le temps »
  • « Ce n’est pas mon problème »
  • « J’ai pas envie de le faire »
  • « Je connais l’information, mais ce n’est pas à moi de la donner »
  • « C’est pas à moi de le faire »

Je ne sais pas toi, mais moi je ne supporte plus l’utilisation de ces pseudo-phrases toutes faites ! On est dans tout sauf dans la discussion et la communication. Mais heureusement, ça a tendance à s’atténuer un peu, tu ne trouves pas ?

Le vrai problème en communication dans le milieu de l’entreprise, c’est que les collaborateurs, y compris ceux d’une même équipe, ne parlent pas le même langage, ils n’ont pas les mêmes priorités, chacun essaye de défendre son bout de gras et au final on perd du temps, on s’énerve, on s’engueule parfois, puis on abandonne, on retourne frustré dans son bureau, et on essaye de faire au mieux sans ce qu’on a demandé à l’autre.

Et ça, c’est une problématique qui coûte cher à l’entreprise, et qui génère frustration et stress non nécessaire pour le collaborateur…

 

Comment mieux communiquer en équipe ?

Pour mieux communiquer en équipe, il faut prendre du recul sur soi et sur sa manière de communiquer. Il faut savoir se remettre en question pour par la suite pouvoir s’améliorer et fluidifier la communication avec son voisin.

Il existe quelques bonnes pratiques à ce sujet, que je te recommande chaudement de mettre en place dans ta communication quotidienne !

 

 

1 ) Ton interlocuteur, tu écouteras

Il n’y a pas de communication sans écoute active. Voilà, c’est dit !

Si ton idée de la communication, c’est de t’imposer dans la conversation, balancer tes idées, ne pas laisser le droit à la parole à l’autre et partir, ce n’est pas de la communication : c’est un monologue.

Tout le monde ne partage pas le même point de vue, ton interlocuteur peut te challenger sur ce que tu lui demandes, il peut t’apporter des idées complémentaires pour affiner ta réflexion.

J’ai le souvenir d’un ancien collègue qui était craint par l’ensemble de la boîte pour son manque de tact et son humeur massacrante légendaire. Lorsque j’écoutais les uns et les autres me parler de leurs « échanges », en résumé il disait toujours non, il gueulait, il bloquait tout et emmerdait tout le monde. Pourtant, j’ai toujours apprécié travailler avec cette personne, même si elle ne mâchait pas ses mots.

Pourquoi ?

Parce que j’ai toujours écouté ce qu’elle voulait dire au-delà du « non ». En fait, elle n’était pas réfractaire au changement, elle ne refusait pas tout en bloc, bien au contraire, elle était pour le changement et les évolutions positives. Mais elle challengeait, avec ses mots, tout ceux qui venaient pour présenter un nouveau projet d’infrastructure informatique. En prenant le temps de l’écouter et en me mettant à sa place, j’ai compris qu’elle alertait sur des risques techniques inhérents aux choix effectués, qu’elle alertait sur un stockage qui était sous-évalué et qui allait exploser en vol, sur les charges et les délais irréalistes qui ont été fixés par l’équipe commerciale, etc…

Je n’étais pas forcément d’accord avec tout ce qu’elle a pu dire, mais le fait de l’écouter réellement et de comprendre ses objections m’ont permis de parler le même langage, ce qui a considérablement amélioré nos rapports : on est passé d’une communication conflictuelle à une communication fluide dans le respect mutuel.

 

2 ) Avec des mots simples, ta vision tu partageras

Si tu peux dire quelque chose avec des mots simples, pourquoi te compliquer la vie ?

Il y a une chose à bien comprendre en communication : ton interlocuteur ne fait pas le même métier que toi, il n’a pas ton expertise, il ne connaît pas tout le jargon technique, commercial, etc…

C’est à toi de t’assurer que ce que tu dis est compréhensible, clair et limpide pour tout le monde.

 

3 ) Sur les définitions, tu t’accorderas

Avant de te prendre la tête et d’envenimer la situation, assures-toi que vous partagez les mêmes définitions avec ton interlocuteur.

Je vois souvent des personnes dire exactement la même chose mais avec des mots différents et du coup ne pas se comprendre et s’énerver alors que, fondamentalement, elles sont d’accord !

Nous n’accordons pas tous la même nuance ni la même définition aux mots.

 

4 ) Les questions bêtes, tu poseras / tu écouteras

Il n’y a jamais de questions bêtes, ce qui est bête c’est de ne pas en poser.

Les questions sont utiles dans le sens où elles permettent de lever des points d’interrogation que l’on peut avoir suite à une explication, elles permettent de comprendre le point d evue de son interlocuteur et de s’assurer qu’il n’y a pas de malentendu.

Alors la prochaine fois, plutôt que de t’agacer lorsqu’on te pose une question sur quelque chose qui te paraît clair, prends un peu de recul et demande toi si tu as été si clair que ça pour ton interlocuteur. Mets-toi à sa place !

 

5 ) A l’autre, tu t’ouvriras

La communication est un échange, entre deux personnes ou plus. Pour avoir un échange vrai et authentique, il est nécessaire de s’ouvrir à l’autre, de l’écouter réellement, de s’ouvrir aux idées nouvelles ou aux idées qui viennent en contradiction de nos propres idées, etc… Il faut bien comprendre que lorsque ton interlocuteur ne partage pas ton point de vue, il n’a rien contre toi, ce n’est pas une question d’ego (du moins rarement). Il souhaite au contraire apporter sa pierre à l’édifice, participer à la réflexion et trouver une solution qui satisfasse tout le monde.

 

6 ) Tes émotions, tu maîtriseras

Enfin, tu te dois de maîtriser tes émotions. Tu t’agaces peut-être facilement, mais sache que chacun a sa manière d’aborder les choses, de travailler, de communiquer, et de gérer les coups de bourre. L’émotion n’a pas sa place dans les échanges professionnels. Si tu t’emportes, comment veux-tu / peux-tu communiquer efficacement et en toute harmonie avec ton interlocuteur ?

Tu ne peux pas. Imposer tes émotions aux autres ne t’apportera strictement rien. Pire, ça te desservira. Apprends donc à maîtriser tes émotions : lorsque tu sens que la frustration ou l’agacement monte, souffle un bon coup, respire lentement quelques secondes, je t’assure que ça ira mieux derrière.

 

En résumé, pour améliorer la communication en équipe, chacun doit y mettre du sien, et appliquer les 6 principes d’une communication efficace :

  • Écouter son interlocuteur (et pas seulement entendre)
  • Partager sa vision de manière claire, et s’assurer qu’elle soit comprise de tous
  • Il n’y a pas de questions bêtes, seulement une communication qui n’est pas assez claire
  • Sans authenticité il n’y a pas d’écoute possible, et donc pas de communication
  • Maîtriser ses émotions peut éviter conflits et regrets
Et toi, quelles sont tes astuces pour mieux communiquer au quotidien dans ton entreprise ?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *