enquete bien etre au travail

77% des salariés aiment leur travail ? Vraiment ?

Selon l’enquête « Parlons travail » de la CFDT, dont les résultats ont été présentés le 16 Mars 2017, 77% des salariés aiment leur travail.

Je vois pourtant dans mon entourage bon nombre de personnes qui aspirent à faire autre chose, à faire un job où ils se sentiraient plus utiles, à travail de manière plus flexible, avec plus d’autonomie et de responsabilités, à mieux concilier vie personnelle et vie professionnelle, à moins devoir gérer le stress du travail, etc…

Se pourrait-il vraiment que 77% des salariés soient heureux au travail ? Ou cela cache t-il autre chose, de moins reluisant ? Décryptage.

 

Parlons travail

L’objectif de cette enquête exceptionnelle (200 000 sondés quand même), commanditée par la CFDT, était d’avoir une meilleure vision de l’état du travail dans sa globalité dans l’hexagone.

Les réponses collectées ont été confiées à des sociologues et ergonomes, qui ont procédé aux calculs de pondération et de statistiques nécessaires, afin de pouvoir analyser ces résultats.

Les questions et résultats de cette enquête sont consultables sur le site www.parlonstravail.fr.

Logo parlons Travail

Si nous vivons tous notre travail d’une manière différente, en fonction des charges de travail, de son sens et son utilité, de nos collègues, nos boss, notre humeur, nos petits tracats personnels, etc, l’enquête « Parlons travail » dégage toutefois quelques tendances communes.

C’est parti pour un tour d’horizon des résultats, qui réserve parfois quelques surprises.

 

 

Alors, heureux au travail ?

Je me souviens de ma réaction la première fois que j’ai vu ces résultats, je me suis dit qu’il a dû y avoir une erreur d’interprétation des résultats, ou alors que le panel de salariés sondés n’était pas représentatif de la réalité, et pourtant… le constat est sans appel : 76,4% de salariés déclarent aimer leur travail, et 57,5% déclarent prendre du plaisir à travailler très régulièrement.

 

enquete bien etre au travail

Des premières tendances plutôt positives

 

Notons tout de même que seulement 55,7% des salariés sont fiers du travail qu’ils accomplissent. Pas de doute, il y a encore du boulot à faire sur le sens et l’utilité du travail accompli.

 

 

Le travail, un monde merveilleux ?

77% des salariés sont heureux au travail, donc tout va bien dans le meilleur des mondes me direz-vous ?

Hmmmmmm, non, pas vraiment. Sinon ce blog n’aurait aucune raison d’être 😉

Déjà, ça laisse 33% de salariés qui sont malheureux dans leur travail actuel, soit 1 personne sur 3, ce que je trouve quand même énorme.

 

Et ne nous arrêtons pas là : l’étude « Parlons travail » met en avant quelques aspects du travail qui posent véritablement problème à la majorité des sondés :

  • 45% des salariés déclarent qu’ils n’ont pas le temps de faire correctement leur travail. Pire, seulement 28,9% des sondés déclarent avoir une charge de travail supportable sous tous les aspects. A force de chercher la rentabilité ultime, les entreprises ont fini par surcharger leurs employés. Résultat : la qualité du travail en pâtit. La surcharge de travail mène régulièrement des employés (pourtant performants) au burnout. Alors je vous pose la question : Quel est le gain de productivité dans ce cas ? Il faudra vraiment finir par m’expliquer, parce que là je ne vois vraiment pas.
  • 42% se plaignent du manque de reconnaissance par leur hiérarchie du travail accompli, ce que je trouve absolument dramatique. Le manque de reconnaissance finit par démotiver l’employé le plus motivé, qui finit par se dire « à quoi bon ». Encore une fois, c’est du tout bon pour la productivité de l’entreprise, ça.
  • Seulement 26% des sondés estiment que leur travail les maintient en bonne santé. Là, il y a de quoi être alarmant! Mais nous y reviendrons un peu plus loin dans l’article.
Comment interpréter ces chiffres contradictoires ?

La majorité des sondés déclarent aimer leur travail, mais lorsque l’on creuse les différents aspects du travail, on s’aperçoit qu’il existe bon nombre d’aspects pénibles, fatiguants, difficiles, dans le quotidien des salariés.

Ils peuvent aimer leur travail pour l’ambiance, la bonne entente avec leurs collègues, un métier qui les passionne, mais en même temps déplorer une surcharge de travail, un manque de reconnaissance flagrant, et un environnement non propice à une bonne santé mentale et physique.

Tout n’est pas si rose finalement.

 

Travail et vie personnelle

Quel temps passons-nous réellement au bureau, comparé à la durée légale des 35 heures ? Le travail empiète t-il sur la vie personnelle ?

Même si globalement, les sondés répondent avoir un bon équilibre vie personnelle / vie professionnelle, on observe qu’à partir de 39h de travail par semaine l’équilibre ne tient plus et que la vie professionnelle et tout le stress qui va avec prend le pas sur la vie personnelle.

 

enquete bien etre au travail

Après 39h de travail : la chute libre

 

On observe également que les salariés les moins payés (moins de 1 500€) sont ceux qui déclarent le plus que concilier travail et vie privée est difficile.

Ces salariés-là font plus souvent l’objet de mauvaises ambiances de travail, sacrifiées au profit de la sacro-sainte rentabilité, font l’objet de pression, etc…

 

 

Partager son travail : la solution ?

Nous l’avons vu un peu plus haut, moins d’1 personne sur 3 déclare avoir une charge de travail tenable et réaliste. La surcharge de travail est courante et maintenant bien ancré dans nos entreprises.

Mais en même temps, on voit le taux de chômage continuer à augmenter, ce qui est une belle contradiction.

Alors, faut-il travailler moins pour travailler tous ?

Il semble que la majorité des salariés soient pour le partage du temps de travail, il y a donc des chances de voir des avancées sur le sujet dans les prochaines années.

 

 

Et toi, combien tu gagnes ?

La rémunération du travail est un sujet toujours d’actualité, d’autant plus que la majorité des salariés estiment ne pas être rémunérés à la hauteur de leurs efforts.

Cette même majorité estiment que les écarts entre les salaires les plus faibles et les plus importants sont beaucoup trop importants. Je suis sûr que vous aussi, vous trouverez des exemples dans votre société.

Enfin, même s’ils déclarent ne pas travailler pour gagner le plus d’argent possible, 84% des salariés estiment travailler pour subvenir avant tout à leurs besoins.

 

Le travail c’est la santé. Ou pas

Le résultat est sans appel : il y a un lien incontestable entre les conditions de travail et la santé des salariés.

Sans surprise, plus la charge de travail est importante, plus les salariés :

  • Ressentent des douleurs physiques régulièrement
  • Dorment mal
  • Augmentent leur consommation de cigarettes, alcool, médicaments

 

enquete bien etre au travail

 

1 salarié sur 8 déclare également être dans des situations conflictuelles, ou faire des tâches inutiles vides de sens, subir du stress au quotidien, avec l’impact que l’on connaît sur la santé.

C’est peu, me direz-vous mais c’est encore beaucoup trop à mon goût.

 

 

Le travail ? On l’aime mais c’est compliqué

La relation des salariés français avec le travail pourrait se résumer par « je t’aime, moi non plus ».

Même si globalement, les salariés apprécient leurs collègues et la bonne ambiance qui règne au bureau, ils sont globalement d’accord sur le fait que :

  • Le travail impacte négativement leur santé
  • Les salariés ne sont pas payés à leur juste valeur
  • La surcharge de travail se généralise, et que la qualité du travail en souffre
  • La reconnaissance du travail accompli est encore loin d’être répandu
  • Qu’il manque encore trop souvent un sens et une utilité aux tâches à réaliser
  • Que les salariés manquent d’autonomie et de responsabilités
  • Que 12% des salariés au moins sont dans une situation de souffrance au travail

 

Je vous invite à ne pas être fatalistes et à œuvrer au quotidien pour être reconnu dans et pour ce que vous faites, pour avoir de l’autonomie, des responsabilités, être mieux payé, et à obtenir l’équilibre vie professionnelle / vie personnelle qui vous convient.

Osez dire non, osez dire ce qui ne vous convient pas, proposez des solutions : tous les patrons ne sont pas des tyrans, et vous pourriez même être étonné de la capacité à vous comprendre et vous entendre de certains. Et puis si vous ne vous exprimez pas, personne ne devinera ce que vous ressentez ou ce à quoi vous aspirez.

Enfin, si vous vous trouvez dans une situation inextricable, ou si le dialogue est rompu, qu’attendez-vous pour quitter votre entreprise, et voguer vers des jours meilleurs ?

Et vous, que vous inspirent les résultats de cette étude ?
Vous sentez-vous en accord avec les tendances qui apparaissent ?
Êtes-vous heureux dans votre travail ?
Quelles sont les choses que vous souhaiteriez changer / améliorer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *