l'importance de dire non

Pourquoi il est important de dire NON !

Aujourd’hui, nous devons toujours en faire plus en moins de temps, nous multiplions les outils de travail, nous multiplions les interactions… Nous multiplions également les interruptions et les distractions.

Mais notre temps est précieux, nous avons chacun des objectifs différents à atteindre, des tâches à réaliser, et pour cela il est important de refuser quelques fois de faire une action afin de garder la maîtrise de son planning et de son agenda.

C’est difficile de dire non

Nous nous retrouvons tous, à un moment ou à un autre, à devoir dire NON à ceux qui nous en demandent trop. Pourtant pour beaucoup d’entre nous, « dire non » est difficile.

  • Comment savoir dire non pour retrouver la maîtrise de son temps de travail ?
  • Comment savoir dire non pour se faire respecter des autres ?
  • Quelles sont les astuces pour ne pas blesser son interlocuteur ou se faire prendre en grippe ?
  • Quelles sont les conseils pour ne pas culpabiliser lorsqu’on ne peut pas aider une personne ou que l’on n’a tout simplement pas le temps ?

Si tu ne sais pas comment dire non ou que tu n’oses pas le faire, tu vas découvrir dans cet article des moyens simples pour te débloquer, avoir confiance en toi et t’affirmer de manière plus efficace auprès des autres.

Enfin dans cet autre article, tu vas découvrir l’art et la manière de dire non sans froisser ton interlocuteur.

D’ailleurs, dire non, c’est une clé majeure de l’affirmation de soi : il faut réussir à se faire confiance pour pouvoir s’imposer. Le savais-tu ?

Les “oui” sont sources de problèmes, contrairement aux “non”.

Pourquoi est-il si important de savoir dire non ?

Tu l’as compris, « dire non » est important pour mieux gérer son temps. Laisse-moi t’expliquer pourquoi, et quels effets tu peux retirer de ces 3 petites lettres : NON !

1 ) A force de dire oui, on risque la surcharge de travail et l’épuisement

On dit souvent « oui » pour aider les autres, pour bien faire, pour se faire bien voir, ou tout simplement parce qu’on n’arrive pas à « dire non ». Le problème, c’est que le « oui » est consommateur en temps, et que ce temps consommé n’est pas utilisé pour atteindre nos propres objectifs mais ceux du voisin.

Lorsqu’on répond toujours favorablement aux besoins des autres, on néglige et on oublie ce qui est important pour nous.

Conclusion, on se retrouve vite en surcharge de travail, jusqu’à l’épuisement et dans les pires des cas le burnout.

Savoir « dire non » gentiment aux autres, est une façon de se dire « oui » à soi, de se rapprocher de ses désirs et objectifs personnels.

Lorsque vous dites « oui » aux autres, faites-en sorte de ne pas dire « non » à vous-même.

Paulo Coelho

2 ) Dire non renforce la confiance en soi

Lorsqu’on veut plaire à tout le monde, tout le temps, on ne renforce pas sa confiance en soi, pour la simple et bonne raison que l’on est entièrement dépendant de l’appréciation des autres. On cherche toujours à faire plaisir ou à bien se faire voir, et donc à « dire oui » : l’estime de soi est ainsi mise à rude épreuve au quotidien.

Formuler un refus devient ainsi un moyen d’affirmer son existence et sa personnalité. En exprimant un « non » clair, on exprime également ses valeurs, on se fait respecter.

C’est également dire aux autres que tu as également tes propres priorités et urgences à traiter et que les priorités des autres ne sont pas forcément les tiennes.

En assumant ta décision de « dire non », tu renforces ainsi ta confiance en toi.

3 ) Dire non te rapproche de tes objectifs

« Dire oui » aux autres, c’est travailler sur leurs priorités et non pas sur les tiennes. Ainsi, en exprimant franchement ton refus de faire quelque chose, tu te réserves du temps que tu pourras accorder à la réalisation de tes propres tâches et objectifs.

Dire non, c’est garder le contrôle sur son planning et son agenda.

4 ) Dire non, c’est fixer des limites

C’est un fait, ceux qui ne fixent pas clairement de limites se font systématiquement marcher sur les pieds par des personnalités toxiques au travail. Ils se laissent culpabiliser, abuser, manipuler, changer leurs priorités, et se font charger côté char de travail, tel un mulet.

Dire non est non seulement une façon de se protéger, mais également une manière de ne pas se laisser entraîner dans le piège de la manipulation.

C’est se respecter, et respecter les autres : les choses sont claires et sans équivoque, chacun sait où s’arrêtent les limites et reste à sa place.

5 ) Dire non permet de développer une communication assertive

Développer une communication assertive, pourquoi pas, mais ça veut dire quoi ?

L’assertivité est un mot de plus en plus employé par les Ressources Humaines ainsi que certains managers. Mais sa définition reste mal connue.

Assertivité est une traduction littérale de l’anglais « assertiveness ». Pour le définir, il faudrait imaginer le mélange que donnerait ces 5 mots :

  1. Assumer
  2. Respect
  3. Réciprocité
  4. Maîtrise
  5. Positiver

L’assertivité, ce serait ainsi le fait d’assumer ce qu’on est et qui l’on est, ce qu’on fait et ce qu’on dit, dans le respect de sa propre personne et dans celui des autres, dans une relation de réciprocité, qui implique à la fois une bonne maitrise de soi et une intention de s’inscrire dans une démarche positive !

Rien que ça.

Autrement dit lorsqu’on est assertif, on ose dire les choses, mais sans agressivité et toujours dans le respect de soi et de l’autre.

En « disant non » à ton interlocuteur, tu fais ainsi preuve d’assertivité :

  • Tu exprimes ton refus de réaliser cette tâche et tu assumes ta position
  • Ta démarche n’est en aucun cas agressive, tu exposes les raisons qui motivent ton refus.
  • Tu respectes ainsi ton temps et ton professionnalisme qui te dicte qu’un travail doit être bien fait.
  • Tu respectes ton interlocuteur en lui montrant que si les rôles étaient inversés tu comprendrais son refus, et que tu respecterais son temps.
  • Tu fais preuve de maîtrise en exprimant les raisons de ton refus sans t’emporter.
  • Enfin, tu t’inscris dans une démarche positive car ton « non » est motivé, mais aussi car dans la mesure du possible tu fournis une solution de repli.

6 ) Dire non c’est réguler le niveau de stress que l’on subit

En exprimant ton refus, tu t’affranchis d’une charge de travail supplémentaire, et tu évites ainsi la surcharge travail, et donc le niveau de stress supplémentaire qui vient avec.

En régulant ainsi le stress subi, cela te permet d’éviter la plupart des effets négatifs de celui-ci (anxiété, irritabilité, fatigue, dépression, etc…), et d’utiliser l’effet booster du stress pour accomplir tes objectifs.

7 ) Dire non c’est développer sa crédibilité

Lorsque tu exprimes un non avec conviction, et sans agressivité envers ton interlocuteur, tu démontres ainsi que tu connais la valeur du temps, aussi bien du tien que de celui des autres. Si tu es en capacité de « dire non » et d’assumer ton choix car tu sais que tu seras surchargé de travail et que tu ne pourras pas rendre un travail de qualité, les gens te feront paradoxalement confiance.

Pourquoi ?

Car tu n’as pas peur d’affirmer tes positions. Car lorsque tu diras oui, tes interlocuteurs sauront que tu respecteras ta parole et ton engagement et que tu fourniras un travail de qualité. Car ils sauront que lorsque tu viendras les déranger, ce sera vraiment en cas de dernier recours : tu connais la valeur du temps.

Exprimer un refus, c’est bâtir une solide réputation, et s’assurer de développer de la crédibilité.

Conclusion

Si tu souhaites te préserver et préserver ton temps, tu dois apprendre à dire non et à refuser des propositions, car il est impossible de dire oui à tout sans perdre en efficacité, soit dans ton travail, soit dans ta vie personnelle.

Les « oui » prennent toujours plus de temps (exécuter une tâche pour rendre service, assister à une réunion, résoudre une urgence, etc…) que les « non ». Souviens-toi de ça.

Ce n’est pas un hasard si la plupart des auteurs américains considèrent que la gestion du temps est le critère le plus important pour un être humain. Et mieux gérer son temps, cela passe (entre autres) par apprendre à s’affirmer et à dire « non ».

Rencontres-tu des difficultés au quotidien pour dire non à tes interlocuteurs ?

Et lorsque tu le fait, quelle est la réaction en face ?

La personne est-elle frustrée, ou offusquée que tu oses dire non ?

Oses-tu dire non à ton manager ?

1 réponse

  1. lucette dit :

    Dire”non” à un de mes supérieurs à mon époque c’était impensable.
    Aujourd’hui je suis plus affirmée peut-être que j’aurais plus de cran pour le faire. C’est clair qu’un “non ou un oui ” dit avec fermeté, personne n’osera revenir dessus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 Partages
Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer1