On ne travaille PAS ASSEZ dans ce pays ? Ah, vraiment, Mr le Premier ministre ?

« On ne travaille pas assez dans ce pays. On ne travaille pas assez dans la semaine, on ne travaille pas assez dans l’année, on ne travaille pas assez dans la vie » – Edouard Philippe, Premier Ministre français.

 

Je sais bien que nos chers politiques français ont la sale habitude de sortir des phrases chocs, parfois débiles, mais moi ce genre de phrase m’insupporte au plus haut point !

 

 

Travailler pour vivre ou Vivre pour travailler ?

« Les français sont fainéants et ne travaillent pas assez. »

C’est une idéologie assez répandue dans notre pays, que je qualifierai même de rétrograde.

Et pourtant, il ne se passe pas une semaine sans que j’entende ça autour de moi.

Nous sommes de plus en plus nombreux sur Terre, certains d’entre nous sont au chômage depuis de nombreux mois (et ce n’est pas faute de chercher), on automatise, on robotise, la technologie avance à grand pas et promet de toujours plus faciliter la vie de l’être humain, les salariés passent moins de 40% de leur temps à réellement travailler, et on vient nous dire que ceux qui ont la « chance » de travailler ne travaille pas assez ?

On ne se foutrait pas un peu beaucoup de la gueule du monde par hasard ?

 

Travailler plus, mais pour quoi faire ?

Travailler plus pour créer de l’emploi ? Ce ne serait pas plutôt en travaillant moins et en partageant le temps de travail qu’on arriverait à en créer ?

Travailler plus pour gagner plus ? A quoi cela sert-il de gagner plus si l’on passe sa vie au travail et qu’on n’a pas de temps à consacrer à ses loisirs ?

Ah mais oui, ces mêmes personnes vous diront qu’il faut travailler en étant jeune pour pouvoir se la couler douce lorsqu’on est vieux.

Profiter de la vie ?

Mais quelle idée saugrenue, vous aurez bien le temps de le faire lorsque vous serez usés et enfin à la retraite, si toutefois vous en aurez une. Sinon tant pis, les loisirs ce sera pour une autre vie.

Je suis sûr et certain que comme moi, là, tu te dis : Chouette ça a l’air sympa! 😉

Depuis l’aube de l’humanité, l’Homme cherche à automatiser, à simplifier encore et encore son travail. On ne tire aucun épanouissement, aucune gloire à réaliser, jour après jour, un travail chiant, répétitif, sans intérêt.

Nous sommes fait pour réfléchir, pour inventer, expérimenter, améliorer notre quotidien, et non pas pour mettre les formes carrés dans le trou carré, et les formes cylindriques dans le trou rond.

 

Travail et productivité

De plus en plus d’études sur la motivation des salariés montrent que l’être humain n’est pas capable de se concentrer très longtemps chaque jour. Cela voudrait-il dire que travailler plus nuirait à la productivité et ferait perdre de l’argent aux entreprises ?

Oui, j’ose faire ce rapprochement ! Laisse-moi te montrer pourquoi.

Prenons en exemple les Pays-Bas, la Norvège, la Suisse, l’Allemagne, l’Irlande, la Suède et enfin la France. Quel est le point commun de ces pays ?

Simple : les travailleurs de ces pays travaillent en moyenne moins de 37 heures par semaine.

Prenons maintenant les pays qui ont la plus forte productivité horaire dans le monde. Nous retrouvons la Norvège, l’Irlande, les Pays-Bas, la France, l’Allemagne, la Suisse et la Suède.

Coïncidence ?

Une étude menée par l’université de Stanford corrobore cet état de fait : le temps de travail idéal se situe entre 36 et 37 heures.

Au-delà, les salariés sont moins productifs, leur motivation baisse en chute libre, et le rendement peut très vite s’avérer négatif pour les entreprises. Sans compter que les salariés ont un risque accru de faire des erreurs.

 

 

On ne travaille PAS ASSEZ dans ce pays ???

Si tu as envie de bosser 60h par semaine et de t’auto-congratuler pour le travail accompli que tu aurais pu faire en 35h seulement si tu étais mieux organisé, c’est ton choix (la loi de Parkinson est là pour nous le rappeler).

Personnellement, je fais le choix de ne pas vivre pour travailler, mais de travailler pour vivre, pour exister.

Et de plus en plus de salariés occidentaux choisissent également de ne plus vivre pour travailler, et de profiter de la vie.

travailler pour vivre ou vivre pour travailler

Tiens tiens, ça fait beaucoup de fainéants tout ça…

Bien sûr, quand je parle de travailler, j’entends par là faire des tâches  intéressantes et valorisantes, pas d’enchaîner des tâches sans intérêt comme on nous demande encore trop souvent d’en faire.

Alors plutôt que de se demander si l’on doit travailler plus, demandons-nous comment être plus efficace en en faisant moins, comment rendre le travail des salariés plus intéressant afin de les remotiver, et comment donner l’opportunité de travailler à ceux qui cherchent un emploi et n’en trouvent pas ?

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *