Thibault Baheux
12 octobre 2017  - minutes de lecture

Avez-vous déjà remarqué à quel point la vision des patrons et des managers diffèrent de celles des salariés ?

La qualité de vie au travail n’y fait pas exception, et montre qu’il y a encore du chemin à parcourir pour faire tomber les barrières hiérarchiques et pour que les patrons écoutent véritablement ce qu’on à dire les collaborateurs.

Un constat juste … mais peu d’actions

Les dirigeants estiment majoritairement que la qualité de vie au travail va devenir un sujet majeur ces prochaines années en entreprise.

Je suis on ne peut plus d’accord, même le plus réfractaire des patrons n’y coupera pas, au risque de voir partir tout ses collaborateurs et de voir son entreprise péricliter.

Et pourtant, il y a encore bien trop peu d’initiatives suivies d’actions concrètes pour la qualité de vie au travail dans les entreprises.

Une vision à deux vitesses

D’un côté, les dirigeants ont une vision tronquée de la réalité.

Ils s’imaginent que derrière la qualité de vie au travail se cache des attentes telles que la bonne ambiance  et les bonnes relations entre collègues, et l’amélioration de la rémunération du collaborateur.

C’est vrai, mais seulement en partie.

Et même si on aime profondément son métier et qu’on ne le fait pas pour l’argent, je ne connais personne qui refuserait d’être mieux payé pour faire exactement le même travail qu’aujourd’hui.

Si vous en débusquez un, il va falloir me le présenter pour que j’y crois.

D’un autre côté, on a les collaborateurs, qui sont sur le terrain, et bien sont plus avancés en matière de qualité de vie au travail que leur hiérarchie.

Mais que veulent vraiment les collaborateurs ?

  • 49% estiment que la qualité de vie au travail passe par l’ambiance et les bonnes relations entre collègues
  • 40% estiment que le bonheur au travail passe par une rémunération juste et honnête, à la hauteur des compétences et du travail fourni
  • 38% estiment que pour s’épanouir dans son travail, il est nécessaire que son travail soit reconnu
  • Enfin, 37% estiment que le bien-être au travail passent par un équilibre vie pro / vie perso

Et c’est là que le bat blesse : les dirigeants et managers ont bien souvent du mal à reconnaître les collaborateurs pour qui ils sont, pour leurs compétences et le travail qu’ils fournissent au quotidien.

Quant à l’équilibre vie pro / vie perso, il y a de bonnes initiatives tel que le droit à la déconnexion mais malgré cela on est encore bien trop souvent face à des situations où :

  • On reçoit un coup de fil, un texto pour le boulot alors que l’on est en vacances, en weekend, ou juste en train de passer du temps le soir avec sa famille
  • On nous fait comprendre que ce serait bien de terminer ce dossier avant demain 09h, et qu’il faudrait sacrifier sa soirée au nom de la rentabilité
  • On nous envoie en déplacement à droite, à gauche, sans se soucier de la vie de famille et de nos contraintes personnelles que l’on peut avoir à côté

C’est un fait, les entreprises gèrent leurs ressources humaines (je déteste ce terme) comme des pieds, en flux ultra tendu, tel le syndrome du « Y’en a plus, y’en a encore ».

Quelques axes d’améliorations

Pour améliorer l’ambiance au travail et les bonnes relations entre collègues, rien de mieux que de cultiver un état d’esprit collaboratif, gommer les barrières hiérarchiques, et développer une culture d’entreprise forte.

Concernant la reconnaissance du travail, pour 62% des collaborateurs la reconnaissance au travail passent encore par une augmentation de la rémunération, mais des félicitations en cas de bons résultats sont aussi déterminants pour la moitié d’entre eux. Un simple « merci », un compliment sont aussi des signes de reconnaissance attendus de la part des collaborateurs.

La conciliation vie pro / vie perso est un sujet qui restent assez problématique puisque la barrière entre ces mondes à tendance à s’effacer : nos collègues d’aujourd’hui sont nos amis de demain, on prend 15 minutes sur notre temps de travail pour préparer les prochaines vacances ou régler les problèmes avec l’opérateur de téléphonie, on prend 15 minutes sur notre temps perso pour répondre à un mail urgent, etc…

C’est un sujet qui reste problématique pour plus d’un tiers des collaborateurs : certains ont tout simplement du mal à déconnecter du boulot.

Pour réussir à trouver un équilibre, il est nécessaire de proposer des horaires de travail plus souples, plus flexibles ainsi que de proposer la possibilité de télétravailler de chez soi.

Et vous, lorsqu’on parle de qualité de vie au travail, à quoi pensez-vous ? Au télétravail ? A la réduction du temps de travail ? La bonne ambiance entre collègues ?

Thibault Baheux

A propos

Tour à tour manager et chef de projet depuis 2008, j'ai managé des équipes jusqu'à 40 collaborateurs, aussi bien en management hiérarchique direct qu'en transversal. Manager des personnes, c'est la chose la plus compliquée que j'ai eu à faire dans ma carrière. Mais c'est aussi la plus passionnante ! Je partage avec vous sur ce site mes meilleurs conseils, mes retours d'expérience, ma vision du management d'aujourd'hui et de demain.

Vous aimerez aussi : 

10 mensonges à propos du travail

10 mensonges à propos du travail que personne ne veut admettre

erreur stratégique entreprise 2020

L’erreur stratégique à ne SURTOUT PAS faire en 2020

comment repenser ses espaces de travail

Comment repenser ses espaces de travail pour améliorer la performance et le bien-être des collaborateurs ?

  • Je ne vois personne qui pourrait dire le contraire de toi. Nous sommes tous unanimes, mais pourquoi en sommes nous encore dans certaines zones d’activités « presque au moyen âge ». Bien sûr j’exagère, mais il y a une telle pression venue du sommet, que beaucoup craquent, et que ce stress se répercute sur la vie familiale, avec toutes les conséquences qui en découlent. Alors, OUI, si on est heureux au boulot, ce sera plus aisé chez soi…

    • On a 3 cercles dans la vie, qui s’entrecroisent et s’emmêlent : Famille & Amis, Travail, Santé.
      Pour être épanoui dans sa vie, il est nécessaire que ces 3 cercles fonctionnent correctement. S’il y a un déséquilibre sur l’un de ces cercles, par exemple si l’on n’est ni heureux ni épanoui dans son travail, alors cela se ressentira nécessairement sur les 2 autres cercles.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >