comment développer l'autonomie des salariés

6 clés pour développer l’autonomie en entreprise ? (2/3)

L’empowerment est l’un des 3 piliers de l’expérience au travail, avec :

 

L’empowerment, c’est l’accroissement d’un pouvoir exercé à titre individuel ou collectif.

Ramené au monde du travail, l’empowerment, c’est faire preuve de plus d’autonomie dans son job.

Faire preuve d’autonomie dans son travail est nécessaire pour se responsabiliser, s’épanouir dans son travail et sortir du cadre de sa mission.

Il faut en finir avec ce mythe des « salariés qui ne font rien si l’on n’est pas derrière eux à longueur de temps » !

Les collaborateurs ne sont plus des enfants mais des adultes, des professionnels responsables : ils connaissent leur métier, ils savent ce qu’ils doivent faire, et il est nécessaire de leur laisser de l’espace pour respirer, créer et collaborer.

Citation de Thibault Baheux : Les collaborateurs ne sont plus des enfants mais des adultes, des professionnels responsables, qui connaissent leur métier et savent ce qu'ils doivent faire

 

Comment améliorer l’empowerment en entreprise ?

 

1)   Positionner les managers au cœur des équipes

Repenser l’aménagement des espaces de travail permet d’insuffler de l’agilité dans l’entreprise.

En effet, dans ce type d’organisation, le manager n’a plus son bureau attitré, mais est au milieu des équipes. Il est moins petit chef que leader, il rame avec ses équipes dans la même direction.

Repositionner les managers au sein des équipes permet de réinjecter dans l’organisation du management de proximité, rend plus accessible les managers et contribue à créer de la transparence au sein des équipes.

 

2)   Se concentrer sur les résultats

Trop souvent en entreprise, on passe notre temps à fixer et recevoir des objectifs.

Mais pourquoi ? Quelle est la finalité ?

Les objectifs qui sont fixés individuellement sont-ils en accord avec les objectifs et la vision de l’entreprise ?

Lorsque l’on doit évaluer un collaborateur, doit-on l’évaluer sur sa tenue des objectifs ou sur les résultats de son travail et la satisfaction client ?

Les objectifs peuvent ne pas être tenus pour tout un tas de raisons, dont des objectifs mal fixés ou des contraintes extérieures à l’entreprise. Mais le collaborateur, lui, a pu obtenir des résultats satisfaisants.

Pour redonner de l’autonomie à ses équipes, il faut donc apprendre à être orienté résultat.

Lorsqu’on délègue une tâche, on ne délègue pas le moyen de la réaliser, mais uniquement le résultat. Libre au collaborateur d’atteindre ce résultat comme il le souhaite.

 

3)   Laisser de la place à la prise d’initiative

La prise d’initiative est une composante essentielle de l’autonomie. Dès que possible, il faut redonner aux collaborateurs les moyens de personnaliser, de faire du sur-mesure.

Laisser une certaine latitude d’action à ses collaborateurs, c’est s’assurer que le travail soit réalisé de la meilleure des façons possibles : celle qui convient le mieux aux collaborateurs concernés.

 

4)   Encourager l’apprentissage

Aujourd’hui, le monde évolue de plus en plus vite. Les sociétés, tout comme les collaborateurs, doivent sans cesse s’adapter et se réinventer.

A l’heure où les technologies évoluent à vitesse grand V, où de nouveaux logiciels et de nouvelles méthodes de travail fleurissent chaque jour, l’apprentissage n’a jamais été aussi important.

Considérer que l’apprentissage est terminé lorsque l’on sort diplômé de son école, c’est se fourrer le doigt dans l’œil jusqu’à la moelle épinière !

Nous ne cessons jamais d’apprendre, nous sommes faits ainsi : il en va de notre créativité, de notre efficacité, de notre employabilité.

Apprendre, tester, se former, c’est s’assurer de son avenir professionnel ! 

 

5)   Offrir de la flexibilité

Pour développer son autonomie, le collaborateur a besoin de sentir qu’on ne contrôle pas ses moindres faits et gestes.

Exit donc les petits chefs qui contrôlent qui arrive et part, et à quelle heure.

D’ailleurs, savais-tu qu’aux États-Unis, l’heure d’arrivée ou de départ du bureau n’intéresse plus personne ?

Ce qui les intéresse, c’est les résultats du collaborateur, le travail qu’il fournit et comment celui-ci et perçu par ses clients.

 

Il existe de nombreux moyens d’offrir de la flexibilité à ses collaborateurs, parmi lesquels :

  • Laisser le choix des horaires de travail au collaborateur, pour tenir compte de ses contraintes personnelles
  • Proposer de nouveaux modes de travail comme le coworking
  • Promouvoir le télétravail et la visioconférence

 

6)   Encourager l’entrepreneuriat

Encourager l’entrepreneuriat ne veut pas nécessairement dire qu’il faut encourager ses collaborateurs à créer leur propre entreprise.

Il y a différentes manières d’entreprendre.

L’intrapreneuriat, par exemple.

Il faut encourager ses collaborateurs à développer leur esprit entrepreneurial, à réfléchir à de nouveaux projets personnels et professionnels, à prendre des initiatives, à challenger des processus d’entreprise, ou encore à chercher sans cesse à s’améliorer via l’amélioration continue.

Pour redonner le blason de l’expérience collaborateur au travail, il est nécessaire de donner de l’espace à ses collaborateurs pour qu’ils puissent respirer, se concentrer, créer, et collaborer.

En un mot, il faut redonner de l’autonomie aux collaborateurs en entreprise.

75% des salariés français voudraient aujourd’hui qu’on leur fasse davantage confiance, et qu’ils aient davantage d’autonomie et de prise d’initiative !

 

Cet article est le second d’une série de 3 articles pour améliorer la Qualité De Vie au Travail.

Les deux articles suivants sont consultables ici :

 

Pour aller plus loin, tu peux télécharger la checklist QVT :

 

2 Réponses

  1. lucette smits dit :

    Quand tu seras chef d’entreprise, nul doute que tu seras à l’écoute de ceux qui travailleront à tes côtés, tout est clair, sensé et positif dans ta façon de voir le travail d’aujourd’hui et du futur proche…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *