travailler à son rythme sans pression

10 clés pour travailler à son rythme sans subir de pression de sa Direction

Il faut aller plus vite ! On est à la bourre ! L’échéance approche à grand pas ! Il faut faire plus, et plus rapidement.
Au nom de l’efficacité professionnelle, nous nous mettons une pression monstrueuse sur nous-mêmes pour rendre un dossier dans les temps, délivrer un projet le jour J malgré des échéances serrées.

Pourquoi ?

J’ai vécu 7 ans à Paris, à vivre au rythme du métro, boulot, dodo. Je me levais à la dernière minute pour grappiller la moindre minute de sommeil possible. Je me dépêchais de me préparer sans prendre le temps d’avaler un café ou un petit déjeuner. Je courais pour attraper mon métro à temps tout en espérant secrètement avoir une place assise. Direction La Défense. A peine sortie du métro, il fallait vite vite me dépêcher pour avoir ma correspondance et prendre le tram, et éviter d’attendre de précieuses minutes sur le quai. La journée de travail n’avait même pas encore démarré que je m’étais déjà mis une pression de fou. A 09 heures, j’avais déjà accumulé suffisamment de stress pour la journée, mais ça ne faisait que commencer.

Les minutes et les heures défilaient en subissant la pression que je me mettais moi-même, et en subissant les échéances irréalistes et inatteignables fixées par les autres : commerciaux, clients, direction. Une centaine de mails non lus dans la boîte de réception pour lesquels il faudra prendre le temps d’y répondre. Des tâches qui s’amoncellent dans la todolist. Et un temps de travail fractionné car de multiples réunions inutiles sont venues se greffer par-dessus mon planning bien chargé. A midi, j’avalais en deux temps trois mouvements un sandwich sans grand intérêt gustatif accompagné d’un café digestif, et je m’y remettais. Et bien souvent, ces journées se terminaient sur les coups de 20 heures, voire 21 heures…

Mais ce n’était pas fini, il fallait à nouveau courir pour refaire le trajet en sens inverse, courir pour ne pas louper la correspondance et rentrer 30 minutes plus tard chez soi.

Bref, ce rythme d’enfer m’a amené aux portes du burnout et il a fallu que j’arrive à cet extrême pour comprendre une chose.

Que je pouvais travailler comme je l’entendais.

A mon propre rythme.

Et que si ce n’était pas possible dans mon travail de l’époque, il me fallait alors en changer.

Et c’est ce que j’ai fait, avec une seule exigence : pouvoir travailler à mon propre rythme, selon ma propre organisation personnelle.

 

 

10 clés pour travailler à son propre rythme

Travailler à son propre rythme ne veut pas dire qu’on n’en glande pas une au bureau. Travailler à son rythme ce n’est pas se tourner les pouces, dans l’attente qu’un miracle se produise et qu’un collègue récupère notre todolist et la traite. Parce que soyons clair : ça n’arrivera pas ! 😉

Travailler à son propre rythme, c’est plutôt trouver le rythme idéal, celui qui nous correspond, d’être efficace et productif sans pour autant nous tuer à la tâche, et surtout de le faire sans se mettre la pression et sans subir de stress.

 

1 ) Arrêter de croire que tout est urgent

La première erreur que l’on fait lorsqu’on veut être efficace, c’est de croire que tout est urgent, que tout est prioritaire et doit être réglé de suite. Cette fausse croyance génère pression et stress inutile.
Nous avons tous une notion assez subjective de ce qu’est l’urgence. Et c’est également un mot qui est utilisé à tord et à travers. Certaines personnes n’arrivent pas à anticiper, et lorsqu’elles ont besoin d’une information de la part d’un collègue,c ‘est forcément urgent, car sans cette information elles ne pourront pas tenir leurs échéances.
Il y a un principe simple que j’applique au quotidien concernant les urgences : si tout est urgent, alors rien n’est urgent, et on traite les tâches des plus anciennes aux plus récentes.
Il te suffit de quelques questions pour définir le niveau d’urgence associé à un travail :

  • A quelle échéance dois-je terminer le traitement de cette tâche ? 1 heure, 1 journée, 1 semaine, 1 mois ?
  • Combien de temps cela va t-il me prendre de réaliser cette tâche ?
  • Si je ne la réalise pas dans les temps, quels en seront les impacts ?

Si après la réponse à ces trois questions tu te rends compte que la tâche n’est pas urgente, alors relègues-là aux oubliettes, ou planifie là pour plus tard, mais ne perd plus de temps dessus.

 

2 ) Faire preuve d’anticipation et de planification

Pour rester maître de son planning, il n’y a pas 36 solutions, il faut savoir faire preuve d’anticipation, et il faut également planifier les tâches selon des échéances réalistes.
Sans cela, c’est la porte ouverte aux piles de tâches qui s’amoncellent sans réduire, avec les urgences du moment qui viennent encore se rajouter par-dessus.
Je ne sais pas toi, mais moi je me découragerai avant même de commencer à épurer ces tâches.

Anticiper et planifier, cela te permet d’avoir de la visibilité sur ta disponibilité future et de pouvoir tenir les échéances fixées par ton manager sans avoir de stress de dernière minute.

 

3 ) Recadrer les sollicitations non prioritaires

Les managers et les chefs de projet le vivent au quotidien : on passe notre temps à être dérangé par de multiples sollicitations. Un collaborateur qui cherche à obtenir notre aval avant d’envoyer un mail, un autre qui nous sollicite concernant une problématique potentiellement bloquante, le chef du service voisin qui vient essayer de négocier son échéance projet, etc…
Même si la sollicitation ne dure que quelques secondes, l’interruption est bien réelle. On considère d’ailleurs que l’on met en moyenne 20 minutes avant de pouvoir se replonger de manière approfondie dans son travail.
Multiplie cela par le nombre de sollicitations non souhaitées et cela te donnera une idée du temps bêtement perdu chaque jour.

Pour avancer dans ton travail et éviter de te mettre la pression, je te conseille de recadrer toute sollicitation non prioritaire, et de savoir dire non.

 

4 ) En finir avec le multitasking

La capacité de pouvoir effectuer plusieurs tâches en même temps est un mythe qui a la vie dure ! Pourtant, dès les années 2 000, les chercheurs en neuropsychologie, psychologie et sciences organisationnelles sont arrivés à un consensus :
Tenter de faire plusieurs tâches simultanément ne fonctionne tout simplement pas !

Pourquoi ?
Parce que notre attention et notre concentration ne sont pas infinies. Il y a un niveau plancher que l’on ne peut pas dépasser. Et faire plusieurs tâches en même temps revient à fractionner notre niveau d’attention et de concentration entre ces différentes tâches.
Résultat, on porte moins d’attention aux détails, on anticipe moins et donc on est plus sujet aux erreurs. Et surtout, on met en moyenne plus de temps à accomplir les deux tâches si on les traite simultanément, plutôt que l’une après l’autre !

 

5 ) Se fixer des limites

Pour travailler efficacement et à son rythme, il faut savoir se fixer des limites, et savoir dire non, à soi-même ou aux autres.
Accepter une nouvelle tâche avec une échéance rapprochée n’est pas une bonne idée si tu es déjà bien chargé. Si tu n’as d’autres choix que d’accepter de prendre en compte cette tâche, rien ne t’oblige de tenir à coup sûr l’échéance que l’on te fixe.

Un travail ça s’anticipe, ça se planifie. Négocie l’échéance pour faire en sorte que cela n’interfère pas avec ton travail actuel. Les journées ne sont pas infinies et on ne peut pas tout régler dans l’heure qui suit. Fais-le bien comprendre à tes interlocuteurs.

 

 

6 ) S’affranchir des horaires de bureau

Dans certains métiers, on peut avoir du mal à s’affranchir des sollicitations non prévues, qui viennent chambouler le planning du jour. C’est mon cas : il y a toujours quelqu’un pour venir me trouver et m’expliquer son problème informatique qu’il faut absolument régler de suite.
Que faire dans ce cas-là ? D’un côté, je suis le garant du bon fonctionnement du service, de l’autre j’ai des projets sur lesquels je dois avancer, et je ne peux pas si je suis dérangé toutes les cinq minutes.
La solution que j’ai trouvé, c’est de travailler « en décalé ». Pendant que mes collègues prennent leur pause de deux heures et vont manger un steak-frites au restaurant du coin, je ramène un plat fait-maison, je travaille entre 12h et 14h, et je mange après eux. Cela me permet d’avoir un bloc de presque deux heures dans mon agenda sans réunion et sans sollicitation. Bref, sans distraction. Et toutes les tâches qui me demande de la concentration (comme la gestion de projet), je les traite sur ce créneau.

Tu peux aussi travailler un peu plus tôt le matin, ou le soir après 17 heures, tout dépend de quand tu es le plus efficace et de tes contraintes personnelles.

 

7 ) Maîtriser son bio-rythme

Le bio-rythme, c’est le rythme naturel propre à chacun d’entre nous.
Ce n’est pas un scoop, certains sont du matin et au taquet dès 06 heures, à peine sortis du lit. D’autres sont des couche-tard et traînent le matin pour se réveiller.
Pour certains, les réunions le matin sont efficaces, pour d’autres il vaut mieux les coller l’après-midi.

Nous n’avons pas tous le même bio-rythme, et travailler sur le créneau 09h-17h ne nous correspond parfois pas.

Connais-tu ton bio-rythme ?

Sais-tu quel est le moment de la journée auquel tu es le plus efficace ?
livre "Quand ?" de Michael BREUS

Tu trouveras les réponses via le livre « Quand ? », de Michael BREUS

 

 

 

 

 

 

 

Pour ma part, j’ai 2 pics d’efficacité :

  • Le premier entre 11 heures et 15 heures
  • Le second entre 18 heures et 21 heures

J’ai donc organisé ma journée de travail en fonction : je planifie mes réunions sur les créneaux sur lesquels je suis le moins efficace, et les tâches à haute valeur ajoutée sur les créneaux sur lesquels je suis le plus efficace.

C’est aussi simple que ça.

 

8 ) Prendre le temps de souffler

Travailler comme un forcené du petit matin au coucher du soleil ne sert à rien.
Il faut se ménager dans son agenda des pauses, qu’il s’agisse d’aller déjeuner dehors, de faire du sport entre 12 et 14 heures, de prendre un café, ou d’aller prendre l’air 5 minutes.
Prendre le temps de souffler, ça permet au cerveau de se relaxer, pour mieux rattaquer ensuite.

Et je ne sais pas si tu l’as remarqué, mais souvent lors de ces moments de pause, on voit une problématique sur laquelle on bûche depuis des heures sous un autre angle. La solution fuse comme ça, alors que l’on s’acharnait à la trouver avant.

 

9 ) Réduire les réunions

Les réunions, ça tue la productivité. On en fait pour un oui pour un non, dès qu’il faut décider quelque chose. Parfois on en fait pour ne rien dire ni faire de concret, sinon faire perdre du temps aux autres.

Si tu veux véritablement travailler à ton rythme, évite autant que possible les réunions. Et pour celles que tu ne peux pas refuser, négocie pour qu’elles ne rentrent pas en conflit avec les créneaux de travail que tu t’es déjà fixé.

Savais-tu que 26 minutes de sieste suffisent aux pilotes de la NASA pour augmenter leurs performances de 34% ?

 

10 ) Être indisponible sur des créneaux bien identifiés

Dans la lignée des précédents points, fixe-toi des créneaux dans ton agenda où tu es clairement indisponible. Des créneaux non-négociables, sur lesquels rien ni personne ne peut venir te caler de réunions. Sauf urgence absolue bien sûr.

Aligne ces créneaux avec tes pics d’efficacité dans la journée, et tu verras que tu vas pouvoir abattre bien plus de travail que ce que tu imaginais au départ.

 

Conclusion

Travailler à son rythme implique de repenser totalement l’organisation de sa journée. Il faut savoir se fixer des limites, planifier des créneaux d’indisponibilité pour avancer sur son travail sans crainte d’être dérangé, se concentrer sur les tâches prioritaires, et recadrer les sollicitations si celles-ci ne sont pas prioritaires. Connaître son bio-rythme permet également de penser idéalement sa journée de travail pour que le traitement des tâches complexes correspondent au moment de la journée où l’on est le plus alerte et le plus efficace. On peut travailler à son rythme tout en étant productif et efficace, l’un n’empêche pas l’autre.

As-tu repris le contrôle de ton agenda ? Arrives-tu à travailler à ton rythme ?

 

4 Réponses

  1. Julien Sana dit :

    Très intéressant. Je suis aussi adepte de fractionner son temps de travail avec la technique Pomodoro : je travaille de façon intense pendant 30 à 40mn, je me relaxe un peu, puis j’attaque un autre bloc de travail sur autre chose.

  2. lucette smits dit :

    Ton « exil » à Paris, ce n’est sans doute pas une réussite, mais il t’a fait comprendre que cette vie de « stressés » n’était pas pour toi, tu as compris que tu devais renter au bercail. Et là, d’années en années, tu te bonifies comme le bon vin. Et ce n’est pas peu dire…Les parisiens ou les banlieusards, même en vacances, ils ne décompressent pas, ils roulent, ils roulent, ils font tout en voiture. Et ils repartent contents, pour reprendre le même rythme de vie…Ils n’ont rien compris, et tant mieux, il y aurait trop de monde dans des endroits où on vit au calme 10 mois dans l’année…

    • Thibault dit :

      On ne vit pas forcément au calme hors de Paris. Une vie à Bordeaux, Marseille, Nantes ou Lyon peut être tout aussi stressante. C’est la manière d’aborder son travail et sa vie professionnelle qui fait la différence

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *